Appelé dans certains pays Thérapie Manuelle Orthopédique (TMO), la kinésithérapie musculo-squelettique est une pratique avancée de la kinésithérapie, c’est à dire qu’elle ne fait pas partie du cursus initial de kinésithérapie. Elle permet au praticien qui l’étudie de devenir expert dans le domaine musculo-squelettique.

Le domaine musculo-squelettique est la catégorie de la kinésithérapie qui étudie les pathologies orthopédiques qui peuvent être traitées par une approche mécanique et/ou éducative, c’est à dire par un traitement manuel, un traitement par des exercices physiques, ou un enseignement sur les causes pathogènes de certaines habitudes de vie. Ces 3 types de traitements sont la plupart du temps combinés.

Pathologies traitées :

Les pathologies les plus fréquentes traitées par la TMO sont :

  • les douleurs lombaires et les douleurs cervicales d’origine mécanique”
  • les douleurs ou dysfonctionnements des membres inférieurs et supérieurs. Par exemple une dysfonction du genou est traitée en évaluant la colonne lombaire, le bassin la hanche et la cheville.
  • les dysfonctions temporo-mandibulaire (la mâchoire).

ou plus précisément :

  • les tension musculaires douloureuses
  • les déséquilibres de force ou de tonicité musculaires,
  • les blocages articulaires,
  • les entraves à la mobilité des nerfs,
  • dans certains cas, des troubles neurologiques peuvent être également traités lorsque l’origine du trouble est mécanique.

Techniques de traitement :

Les techniques de traitement sont diverses.

Pour les traitements dits « actifs » (c’est à dire que le patient est actif), on peut utiliser :

  • des exercices de correction posturale,
  • des mouvements répétés dans un même sens (méthode Mc Kenzie),
  • l’apprentissage du recrutement de certains muscles pour une action demandée,
  • des exercices pour augmenter la force ou l’endurance de certains muscles,
  • des auto-étirements,
  • des auto-massages,
  • des auto-mobilisations des articulations ou des nerfs ou de la moelle épinière.

Pour les traitements dits « passifs » (c’est à dire que le patient est passif), on peut utiliser :

  • des mobilisations articulaires,
  • des étirements musculaires,
  • des massages (essentiellement par point de pression),
  • de la puncture par aiguille sèche (sans injection de produit),
  • des agents physiques (vibrations),
  • des manipulations articulaires.

Pour la partie éducative, on peut utiliser :

  • l’ergonomie du poste de travail, de la position assise ou de la position de sommeil,
  • la correction du schéma de marche, d’un geste professionnel ou sportif,
  • le partage d’informations sur une pathologie, le meilleur traitement existant, et les croyances qui peuvent entraver le processus de guérison.
  • des enseignements sur la douleur, pour apprendre à la gérer au mieux soi-même.

Différence avec d’autres praticiens :

Les techniques de traitement des kinésithérapeutes sont parfois utilisées par d’autres praticiens pratiquant des thérapies mécaniques : ostéopathes, chiropracteur, rebouteux, etc… Si les techniques se ressemblent, le choix de leur utilisation est pourtant différent.

Durant l’évaluation, la décision des techniques utilisées se fait lors de l’entretien puis de l’examen du patient. Le kinésithérapeute spécialisé en TMO prend en considération les sphères biologiques, psycho-affective et sociale du patient, ainsi que les données les plus probantes et les plus actualisées de la science. C’est un processus adapté à chaque patient et à chaque praticien. C’est aussi un processus évolutif qui se réactualise pendant la séance, et d’une séance à l’autre.

Durant le traitement, le kinésithérapeute spécialisé en TMO dirigera rapidement son patient vers une recherche d’autonomie et de stabilisation du problème à long terme.

Pour cela, il utilise des techniques de contrôle moteur : face à un problème qui se répète régulièrement, il cherchera à en comprendre la cause dans le schéma de mouvement. Il propose ensuite des exercices pour corriger durablement ce dysfonctionnement. Cette étape nécessite généralement plusieurs séances.

Une autre différence fondamentale avec les autres professionnels pratiquant des thérapies mécaniques, c’est que les kinésithérapeutes spécialisés en TMO sont issus d’une formation paramédicale. Ils sont donc habilités à traiter des pathologies complexes et sont remboursés par la sécurité sociale.